Sois mon ami…

Emmène-moi si loin que je puisse rêver

De terres infinies et d’horizons noyés

Enlève-moi si haut que je croirai voler

Plus haut que les oiseaux au-dessus des marais

Emporte-moi si fort que mes yeux fermerai

Si vite que le vent va nous courir après

 

Cheval, mon beau cheval de velours et de feu

Viens, cours, danse, saute, sois mon ami de jeu.

 

Pour toi qui m’a pansé, caressé, et nourri

Je quitterai mon pré, ma maison, mon pays

Pour toi qui m’a soigné, a paillé mon abri

Je veux bien voyager toujours, même la nuit

Pour toi qui m’as aimé, je te donne ma vie

Et j’ai si peur pourtant de la mort ce grand puits

 

Deux pattes si petit, grand frère, demi-dieu

Ecoute-moi aussi, sois mon ami un peu.

C.T décembre 99