Ricochet

 


C’était un colosse de toute éternité

Un pilier formidable, un repère essentiel

Un roc de nulle part qui soutenait le ciel


Monolithe puissant, souverain sans sujet

Il était l’ami sûr, l’abri providentiel

D’une foule de vies, l’allié substanciel


Et ce géant muet, c’est moi qui l’ai fauché

Sur mes mains a coulé son sang couleur de miel

Commence le regret d’un être sans pluriel


C’était l’arbre magique au coeur de la forêt.


TC le 16-11-97.