Que reste t’il ?



C’était le temps des yeux soleils

Qui rayonnaient, qui chaviraient

Qui fleurissaient nos roseraies

C’était le temps des yeux pareils.

C’était le temps de haute cour

Qu’il était chaud, qu’il était frais

Le goût sucré de nos baisers !

Que reste t’il de nos amours ?


C’était la fin d’un grand sommeil

Des mains fermées qui soupiraient

Avec nos corps tout guillerets

C’était le temps des corps pareils.

C’étaient l’élan et le parcours

Des bouches en feu, des gestes osés

Des ventres fous, volcanisés.

Que reste t’il de nos amours ?

 

C’était le temps des beaux réveils

Loin des soucis, loin des marais

Un air de fête bien savouré

C’était le temps des coeurs pareils.

C’était le vent de nos amours

En ce temps là, on s’épousait

On fleurissait dans l’alizé.

Que reste t’il de nos amours ?

 

Après nos heures, après nos jours

Après baisers, après caresses

Après passion, après tendresse

Que reste t’il de nos amours ?


C . T le 19-03-95