Kèna


Elle était toute nue

mais elle en imposait

avec son corps bronzé

même au premier venu.


Et je l'ai achetée

si nue que je n'osais

au début l'embrasser

que dans l'obscurité.


Trop nue ! Je décidais

sans retard d'l'habiller

pour pouvoir sans ciller

enfin la regarder.


J'ai donc pris trois rubans

couleurs coquelicots

des rouges musicaux

sur le doré flambants


Deux pour le front orner

et le cou souligner

l'autre enfin pour le pied

et tout illuminer.


Son corps ainsi paré

et tellement moins nu

d'un coup est devenu

ma flûte préférée.



C . T