Heures noires

 

 

Le chant s’est tû.

Les heures battent froid, le vide s’élargit.

Amies, amis, si loin.

Dérive lente, tous cris rentrés.

ô nuit, féroce nuit.

Bouche tordue de soif.

Et ce désir d’aimer.



C . T le 28-12-93