Forêt sanglante

Ils ont le coeur en fête

sur leurs chevaux fumants

Leurs chiens crient à tue-tête

et toi, tu cours devant.


Les cors à s'en briser

sonnent d'allégresse

Dans les chemins boisés

pas la moindre tristesse.


La fatigue t'arrête

devant tes poursuivants

Mais face à la tempête

tu es encore vivant.


Le silence est tombé

sur le cerf innocent

Du coeur de la forêt

monte une odeur de sang.



C . T