Haute randonnée pyrénéenne Etape 18

Commentaire 2020

Cette énorme étape, déjà impressionnante sur le papier, a de quoi intimider un marcheur plus réaliste que moi. D'emblée, je retrouve mes conditions idéales de cheminement, un bien-être extérieur (fraîcheur de la température, variété du terrain, beautés renouvelées du paysage) et intérieur (solitude, silence, sérénité). L'enthousiasme, dans une certaine mesure, raccourcit les distances, applanit les difficultés.

Pourtant, mon optimisme va prendre un grand coup sur la tête en l'absence de ravitaillement au col des Roques Blanques. Dès lors, à la souffrance physique du manque d'eau s'ajoute l'inquiétude taraudante sur le sort de ma compagne et l'avenir de cette traversée. La fragilité de l'expédition me crêve les yeux et je termine l'étape en me battant contre le désespoir. Finalement, tout est bien qui finit bien !