Le boiteux

 

 

Il était une fois un drôle de manant

guenilleux, loqueteux, et boiteux de surcroît

qui vivait isolé, caché au fond des bois.

Personne au pays ne trouvait étonnant

qu'on lui lançât des pierres, qu'on boitât devant lui,

sauf peut-être la lune, de colère qui luit.


Or, le pauvre boiteux, d'une danseuse, était

follement amoureux, malgré tous les méchants

et tous les imbéciles, qui raillaient son penchant.

A la ville, il venait, et chacun le guettait

pour voir où il allait. Il allait voir danser

l'étoile de son coeur, sa belle fiancée.


Chimères du malheur et malheureux espoir,

ainsi le croyez-vous en votre cécité.

Mais elle aussi l'aimait en toute vérité !

Personne ne savait qu'elle l'avait vu un soir

Seul, silencieux, parmi la foule maquillée

tandis que sur sa joue une larme brillait.


Et depuis ce soir là, elle dansait pour lui

Et lui venait pour elle, et la lune sourit.



C . T

 
MenuAccueil