Aurore

C’Útait le temps de un plus un

De solitude pour chacun

C’Útaient le vent et les embruns

De deux vies mornes sans parfum

 

C’Útaient les heures sans amour

Des basses eaux, de dur labour

C’Útait le froid de nuit de jour

Nos pas errants qu’ils pesaient lourds

 

Mais un plus un peut faire deux

Cela ne tient qu’Ó un cheveu

Nous Útions un nous sommes deux

C’est la saison des amoureux

 

Chante le vent, danse la pluie

Cours le torrent, vive la nuit

Nos coeurs enfin sortent du puits

Oui Ó l’amour, oui Ó la vie.



C.T - le .- 01- 99