L'art du pas

 

Dans la marche, les pas lents sont plutôt rapides tandis que les pas rapides sont plutôt lents. Mais les pas lents sont ils toujours plus rapides que les pas rapides qui sont vraiment lents ? Cela dépend ! Un pas lent qui ralentit peut devenir plus lent qu’un pas rapide qui accélère, c’est évident !

Suivez moi bien, c’est pas compliqué, j’avance doucement à pas comptés : Si le pas lent ne ralentit pas, il peut devenir quand même moins rapide qu’un pas rapide s’il raccourcit son pas, ou bien si le pas rapide allonge le sien alors que le pas lent garde son pas.

De là à conclure que le pas lent devient un pas rapide soit en raccourcissant son pas, soit en diminuant le nombre de ses pas, il y a un pas à ne pas franchir ! Car il suffit du faux pas d’un pas lent pour que le pas rapide lui prenne le pas. Il ne faut pas non plus que le pas lent se mette dans un mauvais pas, sinon le pas rapide qui marche d’un bon pas, plutôt lent, le dépassera.

Vous voyez que la marche c’est pas sorcier, mais il y a pas et pas. Un pas lent, pas rapide non plus n’avance pas moins vite qu’un pas rapide qui n’est pas lent non plus, pas moins vite mais pas plus vite non plus, disons pour faire vite, qu’ils marchent d’un même pas. Façon de parler, puisque le pas de l’un n’est pas le pas de l’autre.

Dans cette affaire de pas, on peut dire, si l’on progresse pas à pas, qu’il n’y a pas grand chose entre les pas d’un pas lent et les pas d’un pas rapide, pas grand chose mais pas rien ! et cela quelque soit la taille du marcheur, petit ou pas, quelque soit son sexe, homme ou pas, quelque soit sa situation familiale, papa ou pas papa.

Bon, n’insistons pas ! L’heure du repas arrive à grands pas, des pas rapides mais pas lents non plus.

  le 10 Octobre 01