Montagne

Dans le chant clair des hêtres et le murmure sombre des sapins, les genêts lancent leurs cris jaunes au bord du chemin. Les branches planent, immobiles dans le brouillard.

A travers les mousses et les feuilles mortes, des milliers de ruisselets se précipitent pour tresser les longues mèches blanches des torrents. L’eau rassemblée plonge en grondant sourdement vers la plaine.

La montagne des Albères, luisante de pluie, attend le soleil.

Ailleurs, une cabane raconte l’histoire incroyable d’une pente de neige qui grimpe éternellement.

 

C . T le 20 Mai 77